ATELIERS

LES FORMATIONS POUR AMATEURS ET PROFESSIONNELS

La compagnie engage des intervenants qui enseignent leur savoir-faire en théâtre, chant, danse, cirque et cinéma auprès d’un public très varié.

Actuellement, ils sont une quinzaine à encadrer près de 450 enfants, adolescents et adultes, en Ardèche, dans le Gard et à Paris. La compagnie suit régulièrement leur travail et les oriente dans leurs outils pédagogiques.

De par son sérieux et la qualité de son enseignement, elle se voit confier chaque année d’avantage d’ateliers et stages par les collectivités territoriales (intervention dans une trentaine d’écoles élémentaires dans le cadre d’un marché public avec la ville de Paris (partenariat depuis 2004), collèges (SEGPA), lycées, centre de loisirs), en milieu professionnel (CNFPT, Conseil Général 77 / Pôle social, entreprises privées) et en loisirs (ateliers du soir).

I. Les ateliers de pratique artistique et culturelle

 

Nous proposons cinq ateliers différents :

  1. « Théâtre et culture théâtrale » : exercices de jeu, apport culturel, choix ou écriture d’une pièce, répétitions, spectacle

  2. « Mime et masque » : technique du mime, fabrication de masques, jeu, écriture d’un canevas, répétitions et spectacle

  3. « Comédie musicale du Monde » (français, américain, indien, africain) : écriture d’une histoire, danse, chant, costumes, masques, spectacle

  4. « Danse  » (modern'jazz, contemporain, africain) : atelier chorégraphique, musique sur bande son ou live, spectacle

  5. « Film court (cinéma/vidéo) » : jeu devant la caméra, techniques de tournage, écriture et réalisation d’un court-métrage

 

Ces projets, nés souvent d’un travail commun entre les intervenants et le responsable pédagogique de la compagnie, sont améliorés d’année en année avec l’expérimentation. Leur contenu est adapté en fonction du contexte (scolaire ou loisir), de l’âge des élèves (enfants, adolescents, adultes) et de la durée souhaitée.

De manière générale, un atelier se déroule sur 30 séances hebdomadaires de 1h30 à 3h, selon le niveau (exception faite pour les stages d’1 semaine ou les ateliers de 3 mois). Le 1er trimestre est consacré à l’approche technique et culturelle avec exercices, improvisations, etc. Au 2ème trimestre sont abordés l’écriture du projet, la distribution des rôles, l’apprentissage du texte, de la danse, la recherche de costumes et musiques, etc. Le 3ème trimestre est axé sur les répétitions ou le tournage et la présentation du projet final devant un public.

L’intervenant est seul à animer l’atelier pour un groupe de 15 personnes (jusqu’à 20 en danse africaine).

 

 

I. 1 En milieu scolaire : école élémentaire, collège, lycée

 

L’intervenant peut travailler en collaboration avec le corps enseignant, si cela est souhaité.

Le responsable pédagogique entretient un lien étroit avec l’intervenant, le conseille, vient le voir en cours, et veille à ce que le contenu du projet soit respecté, et selon une éthique propre à la compagnie. Il le guide au niveau du choix artistique (thème du spectacle ou du film court), et leur fournit un budget matériel, en fonction du montant négocié avec l’établissement scolaire.

 

Ainsi, la Compagnie de l’Yerres a pour spécificités :

  • Une approche ludique et une culture générale : les élèves découvrent la matière choisie de manière ludique, avec des exercices brefs et variés (5 à 10 minutes maximum). Sont favorisés la créativité, le travail en groupe et le dialogue sur les envies de chacun. L’intervenant se sert aussi de divers supports pédagogiques (objets, images, vidéos ou bandes sonores) pour illustrer l’univers dans lequel l’élève va évoluer, et susciter son imagination.

  • Mise à disposition de matériel : l’intervenant dispose de costumes, accessoires, rideaux noirs, projecteurs et sono pour les spectacles : on s’approche ainsi des meilleures conditions possibles de représentation. En film court, l’association prête perches, micros et enregistreur de son (l’intervenant ayant sa propre caméra). Un budget supplémentaire (100 à 200 €) peut être nécessaire pour l’achat, suivant la matière enseignée, de tissu, maquillage, ou DVD pour les copies du film.

  • Un suivi régulier des intervenants : en fin de chaque mois (dans le cadre d’un projet annuel), l’intervenant envoie à l’association une fiche d’auto-évaluation avec un bref descriptif du contenu de ses cours. Deux à trois fois dans la période de la formation, le responsable passe en atelier pour évaluer le travail de l’intervenant. Une réunion pédagogique a lieu avec tous les intervenants quatre fois par an (septembre, décembre, mars et juillet) pour permettre un échange de méthodes pédagogiques et de ressenti en cours avec les élèves.

  • Un lien personnalisé avec le corps enseignant et la direction : le responsable travaille en amont avec les enseignants et la direction pour bien préparer le démarrage de la formation. Il contacte ensuite régulièrement l’établissement pour un suivi.

 

 

I. 2 Hors milieu scolaire : conservatoire, centre de loisirs, centres de vacances

 

En conservatoire, le contenu et le rythme restent le même que pour une école, en respectant les choix artistiques de celui-ci.

En centre de loisirs, les interventions se font généralement sur un trimestre.

Pendant les vacances scolaires sont proposés des stages (exemple: 5 séances de 3h, une séance par jour du lundi au vendredi) : improvisation, écriture d’une trame et des rôles, répétitions, puis tournage ou représentation sur le lieu même.

 

 

I.3 En ateliers privés

 

La Compagnie dispense à l’année des cours privés pour enfants, adolescents, adultes, donnant lieu à de nombreuses créations (de 1h à 3h parfois), classiques ou contemporaines, uniques et originales, et représentées devant tout public dans des salles de spectacle. Elle organise aussi avec eux des sorties culturelles (théâtre, expositions). L’enseignement, toujours de qualité, est plus libre mais suit une ligne éthique bien définie.

 

 

 

II. Les formations « transversales » basées sur les techniques théâtrales

 

En s’appuyant sur son expérience de la scène et de l’enseignement artistique, la Compagnie intervient depuis plusieurs années dans d’autres domaines non liés directement à ses pratiques, mais où les techniques fondamentales d’expression et de communication, de connaissance de soi et de l’autre, de cohésion de groupe s’avèrent très utiles et pertinentes. Ce sont des formations généralement de courte durée, avec un à deux intervenants à compétences complémentaires.

 

 

II.1 « Développer une communication adaptée avec les résidents, les familles et ses collègues en EHPAD »

 

Dans les EHPAD, ce ne sont pas les compétences techniques ni les valeurs personnelles des professionnels qui sont en cause, mais plutôt une mauvaise communication verbale et non verbale : assimilation de l’individu à un numéro, oubli de la pudeur et de l’intimité du patient, manque de diplomatie dans l’annonce de la maladie ou du décès, mauvaise coordination dans l’équipe, etc. Ceci nuit à la qualité des soins et à l’écoute dont les patients et leur entourage ont besoin. Comment le personnel peut-il prendre conscience de ces habitudes ? Pourquoi agit-il ainsi ? Comment travailler autrement ? Réflexion sur son propre comportement, la relation aux autres, le rapport hiérarchique, l’organisation du travail, l’environnement, etc.

Formation en partenariat avec le docteur Laurent Martin, de l’organisme « Agir en Santé », Villefranche-sur-Saône (69)

Projet adaptable en hôpital, prison, et dans les collectivités publiques (travail sur les agents d’accueil notamment).

 

 

II.2 « Mim’Etre : travailler sur soir pour trouver un emploi »

 

Approuvée par le Conseil Général 77 (Pôle Social), cette action a été menée sur trois années avec un vif succès auprès des allocataires du RSA, en collaboration aves les assistantes sociales (UAS). Deux intervenants encadrent un groupe de 15 personnes qui se sont déconnectées du milieu professionnel et souhaitent « s’y (re)mettre » : suivre un rythme intensif et régulier assimilable à celle d’un travail avec des horaires et une tenue adéquate, reprendre confiance en soi, croire à nouveau à son objectif professionnel, chercher des offres d’emploi cohérentes, écrire, téléphoner, passer des entretiens, se tromper mais recommencer… et décrocher un emploi ou une nouvelle formation professionnalisante.

Une première réunion d’information présente aux stagiaires intéressés le déroulé du stage. Puis chaque candidat passe un entretien individuel avec les intervenants pour échanger sur leur parcours respectif. Cela peut prendre une semaine.

Un fois le groupe constitué, le stage commence : un rituel est installé avec des exercices d’échauffement vocal et corporel, des exercices de groupe, d’écoute, de confiance, de réflexion. Suivent des ateliers de dessin, rédaction de projet professionnel, simulation d’entretien d’embauche, présentation devant un groupe. Des fiches de liaison sont remplies chaque jour par les stagiaires. Le stage se termine par un bilan individuel et collectif. Durée : 3 semaines (4 matinées de 3h par semaine).

 

 

II.3 «  Postes à responsabilités : vers un meilleur leadership »

 

Valoriser une équipe, prévenir les RPS, gérer une situation de crise, convaincre un conseil d’administration… Les managers, qui occupent déjà un poste à responsabilités ou qui sont amenés à en prendre, ont souvent les compétences techniques mais manquent d’outils au niveau communication, transmission des informations, canalisation de sa propre énergie et de celle des autres, etc. Cela passe par un travail sur soi, un travail vers l’autre, et une gestion de l’autre, sur le même modèle que le dispositif Mim’Etre, mais avec des techniques managériales plus poussées, situations complexes, cas d’école, vidéo, etc.

Un stage sur 5 jours, à raison de 3h par jour, pour aborder ses problématiques et savoir se détacher de sa feuille quand on doit s’adresser à des partenaires ou à un groupe…

La Compagnie est intervenue au niveau du CNFPT (directeurs de région) et d’entreprises privées.

Groupe de 5 à 10 personnes

 

 

II.4 « La préparation à l’épreuve orale »

 

Elèves musiciens en conservatoire passant un examen, lycéens révisant leur bac français, étudiants passant un concours ou défendant une thèse : l’épreuve orale est toujours difficile, et avoir les connaissances techniques ou pratiques ne suffit pas toujours. Il nécessite un réel travail de préparation mentale et physique : se détendre, avoir confiance en soi et en son savoir, se présenter au mieux, sourire, convaincre le ou les interlocuteurs, etc.

Les techniques théâtrales et corporelles (échauffement, décontraction, exercices de groupe) amènent vers un contexte d’audition (visualisation, organisation de l’action et de la pensée, dynamisme, clarté de l’élocution, justesse des propos, rythme)… Chaque individu prend conscience de son corps, de sa voix, du public, et s’en sert pour réussir.

Formation sur un trimestre, à raison d’une séance de 2h par semaine (modulable). Groupe de 10 à 15 personnes.

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus

La Compagnie de l'Yerres 

contact@lacompagniedelyerres.com